Info - Anesthésie

Cette page n’a pas vocation à se substituer à l’information qui sera fournie directement par l’anesthésiste. Elle vise simplement à apporter un éclairage complémentaire, avec un regard un peu extérieur pendant ces procédures, plutôt du côté du patient que de celui de l’anesthésiste...

 

 

Quelques questions que se posent généralement les patients.

 

Pouvez-vous m’opérer sous anesthésie locale ?
 

La question sous-jacente est : quel type d’anesthésie est possible dans mon cas ?

 

Ce n’est généralement pas le chirurgien qui décide du type d’anesthésie. À notre niveau, il est habituellement possible de réaliser l’ensemble des interventions quelque soit le type d’anesthésie. Ce choix revient donc au patient, après discussion avec l’anesthésiste, qui va exposer les modalités et principaux risques des différentes options. À noter que l’anesthésiste peut, dans certains cas (antécédents médicaux particuliers), contre-indiquer certains types d’anesthésie. Mais, parmi l’ensemble des propositions, c’est in fine le patient qui décide. Entrent en jeu son confort, ses craintes éventuelles (mais que j’encourage à évoquer en consultation), ses bonnes ou mauvaises expériences passées etc.

 

 

Afin d’avoir les idées claires sur les différents types d’anesthésie, en voici les grands principes :

 

  • L’anesthésie générale

Elle est généralement réalisée par voie intraveineuse, et non en respirant un produit dans un masque, contrairement à ce qui est généralement représenté dans les films ! En début de procédure, un masque apportant de l’oxygène est effectivement appliqué, afin d’améliorer l’oxygénation du sang. Puis les produits anesthésiants sont injectés par voie intraveineuse. Les anesthésistes associent généralement 3 types de produits :

- un sédatif, pour « faire dormir » le patient

- un antalgique (bien plus fort que la morphine) contre les douleurs

- un curare, pour entraîner un relâchement musculaire.

 

Une fois le patient endormi, un tube est positionné dans la trachée afin d’apporter de l’oxygène directement dans le circuit broncho-pulmonaire. C’est ce qu’on appelle l’intubation oro-trachéale.

 

 
  • Rachis-anesthésie

Le principe : on injecte un produit anesthésiant (anesthésie locale) directement au contact des racines nerveuses, au niveau des lombaires. Il faut, pour y accéder, passer entre les vertèbres avec une aiguille. À noter que ce geste ne risque pas d’entraîner de lésion de la moelle épinière, car celle-ci s’arrête au-dessus. Cette injection entraîne une interruption de la transmission des signaux nerveux, entre les jambes (très exactement la partie du corps situé en dessous de l’injection), et le cerveau. Ceci empêche donc la perception de douleurs, et entraîne également une paralysie temporaire des jambes.

Concrètement, vous serez assis jambes pendantes au bord de la table d’opération (mais cela peut également se faire couché sur le côté). L’anesthésiste va vous demander de vous pencher complètement en avant, en faisant le dos rond. Il va alors désinfecter le bas de votre dos, revêtir une casaque stérile et mettre des champs stériles autocollants, qui isolent la région à ponctionner du reste de l’environnement. Alors, en vous expliquant bien chacune des étapes, il va procéder à la ponction. Après confirmation du bon positionnement de l’aiguille, il va finalement procéder à l’injection de l’anesthésiant. Vous serez alors ré-allongé(e), et on attendra quelques minutes avant que l’anesthésie s’installe.

Bien entendu, on teste que l’anesthésie est complète avant de démarrer l’intervention.

 

 

  • Anesthésie locorégionale

Pour répondre à la question en tête de chapitre, il est rare que l’on réalise des interventions sous anesthésie purement « locale ». Il faut plutôt parler d’anesthésie locorégionale. Celle-ci consiste à injecter un produit anesthésique local directement au contact de nerfs à la racine du bras ou au niveau du membre inférieur. Cette injection se réalise, pour une sécurité optimale, sous contrôle visuel échographique. Ceci permet une anesthésie efficace, qui dure plusieurs heures. À noter que l’on peut continuer de percevoir des mouvements, ou le fait que l’on vous manipule la main (par exemple), mais sans ressentir de douleurs.

 

Il est évident que, en cas d’échec d’une rachis-anesthésie ou d’une anesthésie locorégionale, c’est-à-dire que le patient continue de ressentir des douleurs (généralement par diffusion insuffisante du produit anesthésique), il est toujours possible de réaliser une anesthésie générale sans délai !

 

 

 

Est-ce que je risque de ne pas me réveiller ?

 

C’est la principale question qui inquiète les patients. Cette situation particulière est en réalité quadi-impossible, le produit anesthésiant finissant toujours par « se dissiper » (sa concentration sanguine diminue, par élimination rénale ou hépatique). En revanche, il existe une grande variété de complications potentielles, heureusement très rares. L’analogie généralement utilisée est celle du transport aérien. D’une part, les accidents sont relativement rares, comme le sont les catastrophes aériennes. En revanche, en cas d’accident, les conséquences peuvent être sévères… Par ailleurs, une anesthésie générale se déroule un petit peu comme un vol aérien. Il y a des phases de décollage (endormissement) et d’atterrissage (réveil) qui sont les principales périodes à risque. Entre ces 2 temps, le patient est en quelque sorte en « pilote automatique », avec une machine qui calcule le dosage optimal de produit à administrer, en continu, pour maintenir un état endormi stable.

 

Mais bien avant le fait de ne pas se réveiller, il existe plusieurs risques lors d’une anesthésie générale.

Les allergies à un produit anesthésique, même si elles demeurent très rares, peuvent avoir des conséquences sévères (défaillance cardio circulatoire), nécessitant une réanimation immédiate.

En fonction des antécédents du patient, une décompensation cardiaque ou respiratoire est toujours possible.

Il existe enfin des complications moins sévères : fragilisation d’une dent, liée à l’intubation trachéale, par exemple.

 

Les autres types d’anesthésie ne sont pas, non plus, dénués de risques (mais également très rares !).

La rachis-anesthésie peut entraîner des malaises peropératoires, des maux de tête dans les jours suivants, voire un déficit neurologique (sensitif au moteur) par lésion d’une racine nerveuse, pouvant durer plusieurs jours à plusieurs semaines. Il peut enfin y avoir, comme lors de tout geste invasif, un hématome qui se forme au point de ponction, ou une infection (risque théorique de méningite).

 

Enfin, l’anesthésie locorégionale peut, elle aussi, entraîner des complications, mais celles-ci sont très rares. L’utilisation d’un guidage échographique offre de surcroît une sécurité supplémentaire. Il existe toutefois un risque (très rare !) d’injection dans un vaisseau sanguin, avec passage de produit anesthésiant dans la circulation générale (pouvant entraîner des complications cardiaques graves), ou un risque, théorique, de lésion du nerf par l’aiguille.

 

 

Ainsi, aucune technique n’est totalement dénuée de risque. Il existe plutôt des techniques préférables, en fonction des types de patients (et d’antécédents…). L’anesthésiste vous donnera les différentes possibilités pouvant être envisagées, avec éventuellement sa préférence dans votre cas, et vous déciderez de ce qui vous semble préférable.

 

Il faut enfin, rappeler, encore une fois, que ces complications demeurent très rares. En effet, les anesthésistes emploient des règles strictes de vérification (check-list) lors des étapes-clé de la procédure. De plus, ils ont fait beaucoup de progrès dans la sécurité globale, notamment grâce à des procédures de signalement systématique de toute situation qui aurait potentiellement pu avoir de graves conséquences, un peu à la manière du transport aérien. L’objectif était de tirer des enseignements, y compris sans attendre d’avoir constaté une catastrophe. Enseignements ensuite transmis à l’ensemble de la profession. Enfin, les produits anesthésiants sont aujourd’hui beaucoup mieux tolérés. Il est devenu très rare d’avoir des nausées et vomissements après une anesthésie générale (contrairement à ce qu’on pouvait observer dans les hôpitaux il y a quelques années).

 

 

Ainsi, on dispose aujourd’hui d’un panel large de techniques anesthésique, adaptées à chacun, mais qui sont toutes orientées vers une récupération postopératoire la plus rapide et la plus douce possible.

 
 

Principales interventions

Hanche

- Prothèse de hanche

- Traumatologie

Genou 

- Prothèse de genou

- Ostéotomie tibiale

Chirurgie du Pied et de la Cheville

Questions Anesthésie

Rendez-vous

www.Doctolib.fr

Avis à distance :

www.BFORDOC.com

 

SECRETARIAT 

- Jouvenet : 

p.briatte@ramsaygds.fr

- Val d'Or : 

secretariat@cliniquesaintcloud.com

©Conception IKS 2020