Informations liées à l'hospitalisation

Prestation hôtelières :
Vous pouvez télécharger les plaquettes d'explication ci-dessous : 

  Clinique du Val d'Or  

  14 - 16 rue Pasteur,  

  92210  Saint-Cloud​  

  Clinique Jouvenet  

  6 square Jouvenet,  

  75016 Paris  

Déroulement de l'hospitalisation

 

CHIRURGIE AMBULATOIRE

Conditions d’accès

Au préalable, l’anesthésiste et moi-même avons vérifié en consultation que vous satisfaisiez aux critères de la chirurgie ambulatoire :

  • Pas d’antécédents sévères

  • Peut-être accompagné pour le retour à domicile, et être « surveillé » par un proche la première nuit

  • Domicile pas trop éloigné géographiquement

 

La veille :

Vérifiez l’heure à laquelle vous devez vous rendre à la clinique. Au moindre doute, appelez mon secrétariat.

Il n’y a pas de consignes particulières, hormis ne pas boire / manger / fumer après minuit (sauf dans certains cas, bien spécifiques, où un petit – déjeuner est autorisé ; fonction de l’heure de passage au bloc).

Vérifiez vos affaires : pas réellement besoin d’affaires de toilettes, mais pensez à vos documents administratifs, ainsi que l’ensemble de vos radio / scanner / etc., et un livre !

Vérifiez également que vous vous êtes bien procuré tous les médicaments (contre les douleurs, notamment) qui vous seront nécessaires à la maison après l’intervention. Une ordonnance vous aura été remise en consultation dans cette optique.

Prendre, avant de se coucher, sa douche antiseptique. Faire, si cela vous a été demandé, une dépilation du site opératoire.

Ne pas « se stresser » (même s’il est un peu dur de trouver le sommeil parfois en de telles circonstances) : demain, ce n’est pas vous qui opérez !

 

Le matin :

Bien veiller à rester à jeun. Sauf pour les médicaments (ceux que l’anesthésiste a dit de ne pas arrêter), qui peuvent être pris avec un peu d’eau.

Deuxième douche antiseptique, avant le départ pour la Clinique.

Se présenter à l’accueil de la Clinique, on vous guidera vers le secteur Ambulatoire.

 

 

L’opération

Les brancardiers viennent vous chercher dans votre chambre pour vous conduire au bloc opératoire. Ensuite, cela s’enchaine comme pour toute intervention, ambulatoire ou non : vous revoyez l’anesthésiste pour un dernier contrôle, puis l’anesthésie est réalisée, puis l’intervention chirurgicale.

A noter que les protocoles d’anesthésie utilisés, dans le cas où on n’endort que la jambe par exemple, sont choisis de façon à être réversibles le plus rapidement possible. Ceci afin de permettre la récupération la plus rapide possible en post-opératoire.

Dès que l’intervention est terminée, j’appelle vos proches pour les rassurer.

Ensuite, vous retournez en salle de réveil, pour une surveillance (en général, 2 heures).

Puis, une fois que l’on a vérifié que tout va bien, qu’il n’y a pas de saignement important, que la douleur est bien contrôlée (etc.), vous êtes reconduit dans votre chambre.

 

 

Le post-opératoire

Dans la chambre, dès votre arrivée, un infirmier vient prendre votre pouls et votre pression artérielle, pour contrôler, une fois de plus, que tout va bien.

En général, on commence par vous laisser vous reposer.

Puis, on vous donne une collation, bien méritée, et un vérifie au passage l’absence de nausées ou vomissements (les protocoles d’anesthésies, ces 15 dernières années, ont fait d’énormes progrès, qui ont permis de faire très nettement diminuer le nombre de patients malades après une anesthésie).

Ensuite, on vérifie que vous pouvez refaire pipi sans difficulté et, enfin, que vous arrivez à vous lever sans faire de malaise.

Ce n’est que alors, et après la visite de l’anesthésiste et de moi-même, que la sortie est autorisée.

Un proche peut alors venir vous chercher.

Le retour se fait en voiture ou en taxi (conventionné).

 
Le soir

Prenez vos médicaments contre les douleurs, systématiquement et à horaires réguliers, même si vous n’avez pas mal. Ceci évitera un « rebond douloureux », qui est ensuite plus difficile à combattre.

Pas d’exploits ce soir, reposez-vous avant tout !

Au moindre doute, et notamment en cas de malaise ou de saignement inquiétant, un numéro de téléphone d’astreinte vous a été remis.

 

Le lendemain

La clinique ou moi-même vous contacte par téléphone, afin de s’assurer que tout va bien.

Concernant les consignes de rééducation : reportez-vous aux explications données en consultation et à la sortie de la clinique, ainsi qu’aux recommandations sur les ordonnances de kiné.

 

Vous êtes enfin revu en consultation de contrôle, en général à 30 ou 45 jours de l’intervention.

 

Déroulement de l'hospitalisation

 

CHIRURGIE CONVENTIONNELLE

Avant de venir à la clinique

Vous entrez à la clinique généralement la veille de l’intervention, parfois le matin même.

Vérifiez bien l’heure à laquelle vous devez vous rendre à la clinique. Au moindre doute, appelez mon secrétariat.

 

Vérifiez vos affaires :

Pensez à vos affaires de toilettes, vêtements amples pour la rééducation, chaussures souples et avec bon maintien (idéalement des baskets)

Pensez également à vos documents administratifs, ainsi que de ramener l’ensemble de vos radio / scanner / etc., qui seront utiles pour l’opération.

Là aussi, que vous dormiez chez vous ou à la clinique la veille de l’opération, ne vous stressez pas, même si le sommeil est dur à trouver : demain, ce n’est pas vous qui opérez !

 

Le matin :

Bien veiller à rester à jeun, même si les infirmiers vous le rappelleront. Sauf pour les médicaments (ceux que l’anesthésiste a dit de ne pas arrêter), qui peuvent être pris avec un peu d’eau.

Une douche antiseptique est effectuée. Les aides-soignants sont là pour tout vous expliquer !

 

 

L’opération

Les brancardiers viennent vous chercher dans votre chambre pour vous conduire au bloc opératoire.

Puis vous revoyez l’anesthésiste pour un dernier contrôle, avant que l’anesthésie ne soit réalisée. Puis c’est l’intervention chirurgicale proprement dite.

Même en cas d’hospitalisation traditionnelle, les protocoles d’Anesthésie, hérités de l’expérience de l’Ambulatoire, sont tournés vers la récupération la plus précoce possible.

Dès que l’intervention est terminée, j’appelle vos proches pour les rassurer.

Puis vous allez en salle de réveil, pour une surveillance (en général, 2 heures).

Enfin, une fois que l’on a vérifié que tout va bien, qu’il n’y a pas de saignement important, que la douleur est bien contrôlée (etc.), vous êtes reconduit dans votre chambre.

 

En post-opératoire

C’est, en gros, les mêmes étapes que celles décrites plus haut :

A votre arrivée dans la chambre, un infirmier contrôle que tout va bien (pouls, pression artérielle…)

Puis on vous laisse vous reposer.

Ensuite, on vous donne une collation, permettant de vérifier l’absence de nausées ou vomissements (devenus rares avec les protocoles d’anesthésies modernes).

On vérifie également que vous pouvez refaire pipi sans difficulté. A noter qu’après la plupart des interventions (prothèse de hanche, prothèse de genou…), on pourra vous lever le jour-même. Ça peut aider pour faire pipi !  

Dans l’après-midi, je passe passe vous voir pour vous expliquer ce qui a été fait, et pour vérifier que tout va bien.

Dans le service, il faudra bien veiller à prendre les médicaments contre les douleurs, systématiquement et à horaires réguliers, même si vous n’avez pas mal. Ceci évitera un « rebond douloureux », qui est ensuite plus difficile à combattre.

 

 

Le lendemain de l'intervention

Le kiné débute avec vous la rééducation, d’après les consignes que je lui ai fournies.

L’hospitalisation est en moyenne de 3-4 jours.

 

Enfin, vous êtes revu en consultation de contrôle, en général à 30 ou 45 jours de l’intervention.

Principales interventions

Hanche

- Prothèse de hanche

- Traumatologie

Genou 

- Prothèse de genou

- Ostéotomie tibiale

Chirurgie du Pied et de la Cheville

Questions Anesthésie

Rendez-vous

www.Doctolib.fr

Contact Chirurgien :

docteur.haen@gmail.com

Secrétariat : 

- Jouvenet : 

briatte.pascaline51@gmail.com

- Val d'Or : 

livien.emilie@gmail.com

©Conception Iks2019